Alexis Zorba de Nikos Kazantzaki

Publié le par Stef

alexis-zorba.jpgAlexis Zorba
de Nikos Kazantzaki

Pocket (2006)
348 pages
Ecrit en 1948
Roman , Grèce

Résumé

C'est d'abord un nez, écrasé à la fenêtre. Puis c'est un corps, une bourrasque. Sage et bavard, oraculaire et chaleureux, coureur de jupons et faiseur de soupes, tel est Alexis Zorba, l'homme au baluchon. Son goût est sûr, son désir insatiable, son savoir instinctif : une nature.
Le jour se lève sur le Pirée. Dans le café enfumé, patiente un jeune intellectuel. Bientôt, le bateau pour la Crète appareillera. C'est sur cette terre solaire et misérable qu'il compte se frotter à la vie, cette vie qu'on n'apprend pas dans les livres... Et voilà que déboule, avant même le début du voyage, le mentor attendu, bon génie frondeur, philosophe déboutonné : leur amitié sera fulgurante. À l'heure où la civilisation radote, où l'idéologie gangrène l'intelligence, la voix d'Alexis Zorba est de celles qui crient dans le désert, mais monte haut, très haut, vers le ciel...

Mon avis : pas encore lu



nikos-kazantzaki.jpgL'auteur

Né en 1883 en Crète, et mort en 1957 en Allemagne, Nikos Kazantzaki a suivi des études de droit à Athènes, avant de publier, en 1906, sa première œuvre, Le serpent et le lys. Placées sous le signe de la quête spirituelle, mais marquées par l'enseignement de Nietzsche, Bergson et Lénine, ses années d'apprentissage sont l'occasion de multiples séjours en Europe – notamment à Paris, au Proche-Orient ou en Russie soviétique. Il a 44 ans quand paraît son recueil philosophique, Ascèse, qui donne l'orientation décisive de ses œuvres ultérieures. Tout en continuant à voyager, il se livre dans les années 1930 à une intense activité intellectuelle comme traducteur, lexicographe et dramaturge, ainsi que comme poète, en signant notamment une imposante œuvre en vers, son Odyssée (1938). La reconnaissance internationale lui vient à la Libération lorsqu'il publie le roman Alexis Zorba (1946). Établi à Antibes à partir de 1948, il se consacre dès lors presque exclusivement à son œuvre romanesque et écrit, entre autres, Le Christ recrucifié (1954) et La liberté ou la mort (1953), hymne au combat pour l'indépendance de la Grèce. Publiée en 1956, sa Lettre au Greco est le testament spirituel d'un écrivain qui s'est imposé comme la figure la plus célèbre, à l'étranger, de la littérature grecque.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article