Assassins de Philippe Djian

Publié le par Stef

assassins.gifAssassins
de Philippe Djian
Folio ( 1995)

Gallimard (1994)
273 pages,
Roman, France

Résumé

«Je travaillais pour un assassin. Cette réflexion prenait toute sa valeur lorsque je me penchais sur la rivière. Je travaillais pour un assassin comme la plupart des habitants de la ville, mais personne ne disait rien.
Les fermes concernées s'étalaient sur plusieurs kilomètres en aval. Parfois, on m'attendait avec un panier plein de poissons crevés, ce qui nous faisait gagner du temps. Sinon, j'étais accompagné vers la berge et je devais me pencher sur la rivière car on tenait à me prouver que l'on ne me racontait pas des blagues. C'était pour moi un spectacle particulièrement éprouvant à cette étape de ma vie.»

Mon avis : pas encore lu

Philippe-Djian.jpgL'auteur

C'est à l'adolescence que Philippe Djian découvre les auteurs qui lui feront aimer la littérature (auxquels il rend hommage dans 'Ardoise'), en même temps que les filles, l'alcool et les nuits blanches. Il accumule les petits boulots, et commence à écrire les nouvelles de '50 contre 1' alors qu'il travaille à un péage. Gallimard lui en refuse la publication, mais le met en contact avec Bernard Barrault, qui le publie. Suivent alors 'Bleu comme l'enfer' et 'Zone érogène'. Mais c'est l'adaptation au cinéma de '37.2 le matin' par Jean-Jacques Beinex qui lui apporte le succès : le roman est traduit en une vingtaine de langues. Il rencontre alors Stephan Eicher sur un plateau de télévision, dont il devient un des principaux paroliers. Les années suivantes, Philippe Djian et sa famille s'installent aux Etats-Unis, puis à Florence ; il y écrit 'Crocodiles', 'Echines', 'Lent dehors', puis 'Sotos'. C'est avec ce livre, en 1993, que l'auteur rejoint la maison Gallimard. Il retourne alors en France, où il enchaîne les ouvrages ; il rédige notamment une trilogie, 'Assassins' (1994), 'Criminels' (1997) et 'Sainte-Bob' (1998), 'Ca, c'est un baiser' (2002), 'Frictions' (2003) et 'Impuretés' (2005). Il traduit également de l'anglais des pièces de théâtre de Martin Crimp (' La Campagne', 2002, 'Tendre et cruel', 2004). En 2005, s'inspirant des séries américaines, il se lance dans l'écriture de 'Doggy Bag' (saison 1) qu'il poursuit jusqu'en 2007, année où sort la saison 4. Romancier, traducteur, parolier et auteur d'une 'série littéraire', Philippe Djian fait évoluer sa plume dans tous les genres et c'est à chaque fois une réussite.

Commenter cet article