Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

Publié le par Stef

des-fleurs-pour-algernon.jpg

Des fleurs pour Algernon  .
de Daniel Keyes  .

J'ai lu
252 pages

(Flowers for Algernon, 1956)

Science Fiction,

 

Résumé

Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit employé dans une boulangerie. C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser. Mais un jours les facultés supérieures d'Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d'un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l'état de bête...

 

daniel-keyes.jpegL'auteur

Daniel Keyes est né à Brooklyn en 1927. Après ses études, il entre dans la marine marchande avant de devenir rédacteur pour une revue d'anticipation puis professeur à l'université d'Ohio. Son œuvre majeure, Des fleurs pour Algernon, s'est vendue à des millions d'exemplaires de par le monde. Il s'est également intéressé de près aux phénomènes de dissociation de la personnalité dans Les 1001 vies de Billy Milligan.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luna 01/09/2011 16:02


Ce livre est un véritable coup de coeur pour moi aussi ! C'est dingue de voir tout ce que Charlie subit et traverse... je ne pense pas que quelqu'un puisse rester insensible devant ce livre !


Kitty 08/07/2011 09:52


C'est une histoire que j'ai profondément aimée. Une adaptation a été diffusée récemment à la télévision, avec Lambert Wilson bouleversant de vérité. Cela pose les questions du droit à la différence
du regard sur le handicap et aussi de la souffrance que l'on peut ressentir quand on est conscient de ses difficultés. On y retrouve également la notion de la toute puissance du scientifique,
lorsqu'il a perdu sa capacité de compassion, risquant au nom la science de de fermer les yeux sur l'éthique