Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part d'Anna Gavalda

Publié le par Stef

je-voudrais-que-quelqu-un-m-attende-qq-part.jpgJe voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

d'Anna Gavalda

Le  Dilettante (1999)
217 pages
Nouvelles, France


Résumé

Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoir grave. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il leur arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention, sans se rendre compte de la charge d'émotion qu'ils transportent et que révèle tout à coup la plume si juste d'Anna Gavalda. En pointant sur eux ce projecteur, elle éclaire par ricochet nos propres existences.


Mon avis : Lu à sa sortie, et bien aimé il me semble

 

anna gavaldaL'auteur

 

Anna Gavalda est une femme de lettres française, née le 9 décembre 1970 à Boulogne-Billancourt.Lorsqu'elle naît, en 1970, son père vend alors des systèmes informatiques aux banques et sa mère dessine des foulards. En 1992, elle devient lauréate du prix du Livre Inter pour La plus belle lettre d’amour. Professeur de français au collège Nazareth à Voisenon (Seine-et-Marne), elle obtient en 2000 le Grand Prix RTL-Lire pour son premier recueil de nouvelles Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part publié par Le Dilettante.Trois de ses livres sont devenus des best-sellers : Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part s'est vendu à 1 885 000 exemplaires, Je l'aimais à 1 259 000 exemplaires et Ensemble c'est tout à 2 040 000 exemplaires. Entre 2004 et 2008, l'auteur a ainsi généré plus de 32 millions d'euros de chiffre d'affaires d'après une étude GfK.Elle tient une chronique dans le magazine Elle à propos des livres pour enfants et participe au jury pour le du festival international de la bande dessinée d'Angoulême.Elle est mère de deux enfants et vit à Melun. Selon l'hebdomadaire Voici, elle est une descendante de Dorothy Parker.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article