Knock de Jules Romains

Publié le par Stef

knock.jpgKnock.

de Jules Romains .

Gallimard, 1924

Folio

152 pages

Théatre, France

 

Résumé

 

"Le tambour : Quand j'ai dîné, il y a des fois que je sens une espèce de démangeaison ici. Ça me chatouille, ou plutôt ça me gratouille.
Knock : Attention. Ne confondons pas. Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous grattouille ?
Le tambour : Ça me grattouille. Mais ça me chatouille bien un peu aussi...
Knock : Est-ce que ça ne vous grattouille pas davantage quand vous avez mangé de la tête de veau à la vinaigrette ?
Le tambour : Je n'en mange jamais. Mais il me semble que si j'en mangeais, effectivement, ça me grattouillerait plus."

 

 

Jules RomainsL'auteur


(France, St Julien Chapteuil (43)(1885-1972)Fils d'instituteurs, Louis Henri Jean Farigoule grandit à Montmartre dans le respect de l'idéal laïque et rationaliste. Après le lycée Condorcet, Louis est reçu en 1906 à l'Ecole normale supérieur où il obtient son agrégation en philosophie en 1909 et devient enseignant. Il publie son premier recueil de poèmes en 1904. L'idée maîtresse de toute son oeuvre est l'unanimisme selon lequel la somme des âmes individuelles crée une âme collective régissant un groupe social, affirmant ainsi un lien quasi-mystique entre les êtres, et entre les êtres et la nature. Romains expose sa théorie dans 'Le Manuel de déification' (1910), l'exprime dans sa poésie 'La Vie unanime' (1908) et 'le Premier Livre de prières' (1909) et dans ses romans 'Mort de quelqu'un' (1911) et 'les Copains' (1913). Au théâtre également, Jules Romains s'intéresse aux chefs qui manipulent les inconscients collectifs comme dans 'M. Le Trouhadec saisi par la débauche' (1923) et son célèbre 'Knock' (1924). Son oeuvre maîtresse, 'Les Hommes de bonne volonté', vingt-sept volumes publiés de 1932 à 1946, est une fresque unanimiste qui suit le destin d'une multitude de personnages de 1908 à 1933, mêlant grande et petite histoire, avec en fil rouge deux protagonistes. La technique de la variation des points de vue permet à Romains de donner une vision kaléidoscopique des événements dans le but de représenter la totalité de l'expérience humaine. En 1946, Jules Romains est élu à l'Académie française, au fauteuil 12.
› Signaler une erreur sur la fiche

Commenter cet article