L'éternel mari de Fedor Dostoïevski

Publié le par Stef

l'éternel mariL'éternel mari   .
de Fedor (Fiodor) Dostoïevski   .
Livre de Poche (1973)
266 pages
Ecrit en 1870
Classique, Russie

Résumé

Imaginez Don Juan plein de remords et hanté par un mari trompé.
Accablé de soucis d'argent, n'ayant le goût à rien, Veltchaminov est poursuivi par un homme en deuil. Troussotzky a perdu sa femme. Toute faute, pour Dostoïevski, doit être expiée; le péché engendre la maladie et la folie. Le vaudeville tourne au drame, car il y a une victime innocente, Lisa, une enfant. De qui est-elle ? L'éternel mari retrouvera une épouse, l'éternel amant sa vigueur et le jeu recommence.
L'auteur rit lui-même, se souvenant de son premier mariage. Ce roman tragique et comique révèle un autre Dostoïevski. Mais ses personnages sont toujours aussi grands d'être conscients de leur petitesse.

Mon avis : lu il y a longtemps, mais je ne m'en rappelle pas

fedor dostoievskiL'auteur

(Russie, 1821-1881) Ecrivain emblématique de la Russie du XIXe siècle, Fiodor Dostoïevski compte parmi les hommes de lettres dont l'oeuvre a donné une inflexion durable au paysage littéraire. Au terme d'une enfance marquée par la douleur et le deuil, il pénètre les milieux intellectuels progressistes petersbourgeois et s'engage en politique. Arrêté par le tsar et condamné à quatre ans de bagne en Sibérie, il découvre les couches populaires brimées, ce qui contraint l'intellectuel de salon qu'il était à s'ouvrir à une toute autre réalité. Il renoue alors avec les libéraux et devient un nationaliste convaincu, fervent défenseur du 'bon peuple russe'. Inspiré par ses lectures, notamment par Balzac qu'il traduit dans sa langue, Fiodor Dostoïevski se met tôt à publier des romans. Son écriture, résolument marquée par l'abondance des dialogues et la multiplicité des points de vue, est au fondement des enjeux romanesques contemporains : le 'type' littéraire est délaissé au profit de personnages complexes et ambigus qui se construisent à travers leurs interactions sociales, comme dans 'Crime et châtiment' ou 'Les Frères Karamazov'. Son oeuvre tourmentée, hantée par la recherche de l'authenticité, s'attache à décrire le monde dans toute sa réalité. Tant dans sa vie que dans son travail d'écriture, Dostoïevski est aux prises avec une profonde inquiétude métaphysique, et habité par une foi ardente. Sa carrière ne cesse d'osciller entre exaltation et désillusion et ce n'est que très tardivement qu'il est reconnu. Depuis les années 1950, nombreux sont les auteurs qui, à l'heure où tout devient dialogue, se revendiquent de sa filiation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Christophe Destailleur ( Halluin ) 26/06/2011 00:24


Lorsque l'on évoque Dostoïevski, l'on pense immédiatement à la douleur psychologique de Raskolnikov, si merveilleusement et subtilement décrite, dans "Crimes et Châtiment".

Avec "L'éternel Mari", nous découvrons une œuvre certes moins connue de l'auteur, mais à mon sens tout aussi riche et captivante : Autour des personnages clefs que sont le Mari, l'épouse, l'amant
et la pseudo-fille, prend vie une déroutante allégorie, où l'indifférence se mêle à une fascination aussi troublante que vengeresse. Un ouvrage remarquable et sublimement écrit.

Jean-Christophe Destailleur