La constance du jardinier de John Le Carré

Publié le par Stef

la-constance-du-jardinier.jpgLa constance du jardinier

de John Le Carré
Points (2002)

(The constant Gardener , 2001)

519 pages

Thriller espionnage, Angleterre

 

Résumé


Le diplomate Justin Quayle est affecté à Nairobi, Kenya, au haut commissariat britannique qu'il représente au C.E.D.A.O., un organisme chargé de contrôler l'action humanitaire en Afrique. Sa séduisante épouse, la jeune avocate Tessa, scandalisée par la misère qu'elle découvre dans ce pays, milite aux côtés de membres d'O.N.G. et dénonce divers scandales dans une série de documents qu'elle adresse au ministère britannique. Alors qu'elle était partie en mission dans le nord du pays, on la retrouve assassinée dans sa Jeep près du lac Turkana. Le médecin africain Arnold Bluhm qui l'accompagnait, et que la rumeur considère comme son amant, est porté disparu. Deux policiers venus de Londres interrogent Justin Quayle. Ils le soupçonnent d'avoir fait exécuter sa femme par jalousie. Finalement disculpé, il rentre à Londres en ayant soustrait aux autorités une partie des documents de Tessa. Sous une fausse identité, il décide de se lancer à la recherche des assassins.
Parfaitement construit avec une série de retours en arrière judicieusement imbriqués, La Constance du jardinier raconte comment, par amour pour son épouse disparue, Justin va brusquement prendre conscience de la grande misère des Africains et de l'exploitation qu'ils continuent de subir à cause des multinationales et de la complicité des gouvernements de pays industrialisés. Un admirable récit à la John Le Carré.

Mon avis :Lu il y a quelques annnées.Un grand thriller d'epionnage

 

john_le_carre.jpgL'auteur

John le Carré, de son vrai nom David John Moore Cornwell, est un romancier britannique, né le 19 octobre 1931 à Poole (Royaume-Uni).Il a étudié à l'université de Berne en Suisse de 1948 à 1949 et à l'université d'Oxford au Royaume-Uni, puis enseigna quelque temps au collège d'Eton avant de rejoindre le Foreign Office pendant cinq ans. Il a été recruté par le MI6 alors qu'il était en poste à Hambourg, il écrivit sa première nouvelle en 1961, étant toujours en service actif. Sa carrière au sein du service de renseignement britannique prit fin après que sa couverture fut compromise par un agent double, Kim Philby, œuvrant pour le KGB.
John le Carré est l'auteur de nombreux romans d'espionnage se déroulant dans le contexte de la Guerre froide, en particulier ceux mettant en scène George Smiley dans la trilogie Karla. Son œuvre est à l'opposé de la mythologie traditionnelle de l'espion à la James Bond : ses héros sont bien plus complexes et beaucoup plus discrets. La structure de ses romans est très élaborée et l'action n'y tient qu'une place réduite. Le Carré a trouvé, après la fin de la Guerre froide, à élargir son inspiration vers des sujets plus contemporains.
Il vit actuellement en Cornouailles. Son vrai nom est David Cornwell.
Depuis La Maison Russie (1989), ses ouvrages sont traduits en français « à quatre mains » par l'ancienne chanteuse de jazz Mimi Perrin, qui fonda le groupe vocal les Double-Six, et sa fille, Isabelle.
En 2008, il reçoit le titre de Docteur honoris causa de l'université de Berne.

Commenter cet article