Là où vont les cigognes de Benoît Rayski

Publié le par Stef

la-ou-vont-les-cigognes.jpgLà où vont les cigognes .
de Benoît Rayski .
Ramsay (2007)

225 pages,

Récit, France

 

Résumé

Ce récit est un voyage. Un voyage qui abolit le temps et l’espace. Avec des bouts de France, des morceaux de Pologne, des tranches d’Israël. Une sarabande endiablée et meurtrière semblable à une peinture de Chagall. Des enfants juifs étouffés dans la boue, des communistes exécutés par Staline, des rabbins psalmodiant la mort dans les flammes du ghetto de Varsovie, des fanatiques islamiques hurlant Allah Akhbar ! Des journalistes serviles et paresseux, des Juifs merveilleux, des Juives belles à se damner. Il faut, écrit l’auteur, des milliers d’années et des millions de morts pour faire un Juif : il suffit de quelques secondes pour en tuer un. Connaît-on pire injustice ? Jamais peut-être, comme dans ce texte, n’avait-on parlé de la singularité juive avec autant d’outrance, de rage, de fierté. Il y a des livres sur les Juifs qui résonnent comme une prière. D’autres qui évoquent une lamentation. Celui-ci, de la première à la dernière ligne, est une imprécation.

Mon avis : pas encore lu

 

benoit-rayski.jpgL'auteur
Benoît Rayski est le fils d'Adam Rayski qui fut responsable de MOI-FTP, la section juive du PC clandestin pendant la Résistance . Il a signé une dizaine d’essais sur le traitement historique du communisme et la mémoire de la Résistance, notamment L’enfant juif et l’enfant ukrainien : Réflexions sur une imposture (Editions de l’Aube, 2001) et Le cadavre était trop grand. L’Affiche rouge (Denoël, 2009) fait revivre le Paris de ces vingt-trois adolescents qui payèrent le prix fort de leur engagement dans la Résistance.
Benoît Rayski s’attache à reconstituer le monde d’où ils venaient, un monde juif pour l’essentiel, un monde de petites gens modestes et courageux, un monde rouge et communiste
Il a travaillé pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris, Globe Hebdo
Il collabore régulièrement au site d'information Atlantico marqué à droite ou libéral.

Commenter cet article