Le joueur d'échecs de Stefan Zweig

Publié le par Stef

le joueur d'échecsLe joueur d'échecs

de Stefan Zweig
Livre de poche (1991, 2009)
(Die Schachnovelle, 1943)
94 pages
Roman, Classique, Autriche

Résumé

"Prisonnier des nazis, Monsieur B., en dérobant un manuel d'échecs, a pu, à travers ce qui est devenu littéralement une folle passion, découvrir le moyen d'échapper à ses bourreaux. Libéré, il se retrouve plus tard sur un bateau où il est amené à disputer une ultime partie contre le champion Czentovic. Une partie à la fois envoûtante et dérisoire... Quand ce texte paraît à Stockholm en 1943, Stefan Zweig, désespéré par la montée et les victoires du nazisme, s'est donné la mort l'année précédente au Brésil, en compagnie de sa femme. La catastrophe des années quarante lui apparaissait comme la négation de tout son travail d'homme et d'écrivain. Le joueur d'échecs est une confession à peine déguisée de cette désespérance."

Mon avis : pas encore lu

 

stefan zweigL'auteur

Stefan Zweig est un auteur d'origine autrichienne..Né en 1881, issu de la haute bourgeoisie juive, plongé au coeur du bouillonnement culturel viennois, Stefan Zweig s'éprend dès sa jeunesse d'art et surtout de littérature. Il est aujourd'hui connu pour ses nouvelles (Amok, La Confusion des sentiments, Le Joueur d'échecs, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme). Influencées par les théories de Sigmund Freud (dont il était l'ami) elles témoignent, avec modernité et acuité, d'un souci d'analyse de l'âme et du psychisme de ses personnages, et mettent l'accent sur l'hypocrisie que la morale sociale induit dans le comportement humain.
Il produit également des essais et biographies romancées de figures historiques (Marie Stuart, Marie-Antoinette) ou littéraires (Trois poètes et leur vie : Stendhal, Casanova, Tolstoï) Cette partie de son oeuvre est parcourue par la volonté de dépeindre les errements psychologiques de ses personnages, tout en retraçant avec finesse leur contexte historique. On lui doit aussi de brillantes traductions en allemand de Verhaeren, Baudelaire ou Rimbaud. Sa production compte enfin quelques pièces de théâtre (Thersite, La Brebis du pauvre) et de la poésie (Cordes d'Argent) Il quitte l'Autriche en 1934, avec sa seconde épouse Elisabeth pour se rendre d'abord en Angleterre jusqu'en 1941, puis au Brésil.
Seuls, déprimés par la guerre et perdus dans un monde qu'ils ne comprennent plus, ils se suicident en 1942, alors qu'il termine l'écriture de son autobiographie, Le Monde d'hier – Souvenirs d'un Européen.

Commenter cet article