Les cadavres n'ont pas froid aux yeux de Andrea H. Japp

Publié le par Stef

les cadavres n ont pas froid aux yeux 01.j 1Les cadavres n'ont pas froid aux yeux,
de Andrea H. Japp.
Marabout (mars 2011)
290 pages
Comédie policère, Chick-lit, France


Résumé

Être chercheuse n'est pas de tout repos. Hélène Audibert s'en rend compte lorsqu'elle débarque un matin dans son labo et découvre la tête d'un de ses collègues posée sur son plan de travail. Certes, le défunt, Stéphane Lambin, un odieux cancrelat selon elle, ne fait pas partie des êtres qu'elle regrettera, mais quand même. La chercheuse au caractère explosif en a soupé des cadavres, après avoir été mêlée à une affaire de triple meurtre. L'enquête débute, menée par un inspecteur, Levasseur, tout sauf amène. Il devient d'ailleurs de plus en plus désagréable lorsqu'un deuxième puis un troisième meurtre suivent. D'autant que pas mal d'indices incriminants pointent en direction d'Hélène, qui trouve que le meurtrier charge un peu la mule. Et puis, comment se fait-il que les cadavres, décapités ou poignardés n'ont presque pas saigné ? Aidée de ses cinq amies qui n'ont pas froid aux yeux, dotée d'un sens de la diplomatie d'éléphante adulte, elle fouine de son côté quitte à provoquer de grosses vagues. Les six filles vont de mauvaises en exécrables surprises. Les gens ne sont vraiment pas ce qu'ils semblent être... c'est la conclusion à laquelle parviendra Hélène lorsqu'elle comprendra que le meurtrier est fermement décidé à lui faire la peau !

Mon avis : Avant-première, sortie le 09 mars 2011

J'ai découvert récemment Andrea H Japp avec son titre Dans la tête, le venin, un thriller sombre que j'avais beaucoup aimé et  pour lequel mon billet se terminait ainsi "plutôt rodée aux thrillers trash, j'avoue que certains passages m'ont remuée par la violence, souvent suggérée et psychologique , à laquelle ils renvoient."

J'étais donc curieuse de poursuivre ma découverte de cette auteure et lorsque ce livre m'a été proposé à la lecture , j'ai donc sauté sur l'occasion (je remercie au passage les Editions Marabout et Gilles Paris)
Changement de style complet avec ce dernier opus Les cadavres n'ont pas froid aux yeux , qui fait suite à Cinq filles, trois cadavres, mais plus de volant , paru également aux Editions Marabout en 2009.  H Japp nous offre ici une histoire légère, mix entre un peu de polar et beaucoup de Chick-lit. Et c'est une première pour moi, n'ayant jamais été attirée par ce dernier style. (ma culture en la matière s'arrêtant à la série TV  Sex in the city

 Hélène est chercheur dans un laboratoire scientifique, trentenaire divorcée,  garçon manqué maniaque, hyper organisée , au caractère de cochon  et à la langue bien pendue et accro à la cigarette. Hélène partage tout avec ses quatre copines : Emma la blonde pulpeuse en mal d'enfant et championne de boxe française, Nathalie la mère au foyer qui vient  de rencontrer l'extase amoureuse et accessoirement reine de la quiche,  Charlotte la psy qui finit toujours par coucher avec le plus gratiné de ses patients et Juliette, l'esthéticienne quoi voue un véritable culte à sa fille partie étudier à l'étranger. Une sixième va venir rejoindre le groupe en début de ce livre :  Marie-Hortensev Dominique de la Theullade, femme d'affaires un brin guindée à la tête d'une petite chaîne de fleuristes de luxe . Voilà pour le côté chick-lit, avec les  coups de téléphone incessants entre les unes, les repas  et autres soirées arrosées entre copines et les conversations gravitent essentiellement autour de la vie amoureuse et des rencontres des unes et des autres.

L'intrigue par elle même tourne autour d'Hélène. Un collègue, et bête noire de cette dernière, Stéphane Lambin, est retrouvé mort dans le laboratoire. Les preuves apparentes désignent à priori Hélène comme coupable. Ne s'en laissant pas compter et avec l'aide de l'inspecteur Benoit Levasseur, elle va tenter de trouver le meurtrier alors que mes cadavres s'accumulent au sein du labo.

J'ai trouvé cette lecture bien plaisante . Les personnages féminins sont caricaturaux "juste ce qu'il faut", sans être lourds . Ces nanas sont plutôt attachantes et marrants dans leurs petites manie et chacune de nous peut se retrouver dans l'une ou plusieurs d'entre elles. L'intrigue policière est tout à fait correcte,n m^me si la légèreté dans le traitement a tendance à nuire au suspense. C'est bien écrit, avec un style incisif ,et un certain humour . On sent que Andrea H Japp s'amuse en écrivant cette série!!!

 


andrea-h-jappL'auteur

Née en 1957, toxicologue de formation, Andrea H. Japp se lance dans l'écriture de romans policiers en 1990 avec La Bostonienne, qui remporte le Prix du festival de Cognac en 1991. Aujourd'hui auteur d'une vingtaine de romans, elle est considérée comme l'une des « reines du crime » françaises. Elle est également auteur de nombreux recueils de nouvelles, dont Un jour, je vous ai croisés, chez Calmann-Lévy, de scénarios pour la télévision et de bandes dessinées. Elle s'est illustrée avec brio dans des séries historiques, dont La Dame sans terre, également publiée chez Calmann-Lévy. Elle a publié en 2009 Cinq filles, trois cadavres, mais plus de volant aux éditions Marabout.

Commenter cet article

Frankie 28/03/2011 14:08


Ça a l'air bien sympa ! Je le note ainsi que celui qui le précède.