Les carnets d'une bourgeoise déchue de Diane Rauscher-Kennedy

Publié le par Stef

les carnets d une bourgeoise dechue 01Les carnets d'une bourgeoise déchue .
de Diane Rauscher-Kennedy .
Phoenix Press International (07 novembre 2011)
166 pages
Roman autobiographique, France, Angleterre

 

 

Résumé


Diane Rauscher-Kennedy, née en Angleterre de parents Anglo-Saxons et d'horizons aussi différents que célèbres, a vécu son enfance au sein d'une famille aristocratique qui vivait d'une façon déjantée. Et puis un jour, tout bascule ! Son univers s'effondre et elle doit faire face à la réalité d'une nouvelle vie difficile, mais qui lui permettra de réaliser qu'elle a tant gagné en perdant tout...

 

 

 

  Mon avis

 

Les carnets d'une bourgeoise déchue, le titre est parfaitement trouvé pour ce  roman autobiographique dans lequel , en deux grandes parties et sous forme de scénettes, Diane Rauscher -Kennedy raconte sa vie, dorée  jusquà 60 ans , puis , patatras, tout bascule.

Dans la première partie, l'auteure nous parle de son enfance entre une Madame Mère pète sec tendance Cruella et un père qu'elle adore, Mon Papa, qui l'élève comme un garçon manqué" Ah Papa! comme tu m'as fait rire et comme je me suis amusée avec toi , au foot, au volant, à cheval...s classique mon Papa à moi, mais pour moi il fut un Prince...un peu bancal pour le moral en vogue, mais un épicurien , un excentrique, un toqué , avec pour moi son petit gars, ce regard qui me rendait belle pour toujours au moins pour un homme (p.5)
Grand Mère Nanna est aussi une femme remarquable, qui suite à la mort de son mari se trouva à la tête d'une usine de 2500 ouvriers et dont le grand coeur et l'attention qu'elle leur porta fit la une des journaux anglais.

Dans la seconde partie,  Diane Rauscher-Kennedy revient très rapidement sur sa rencontre avec celui qui fut son mari pendant 40 ans." Et oui , comment elle a fait la Petite Princesse toute sage pour tomber entre les pattes de son Fugueur-Menteur Magouilleur -Cavaleur? (p 39) dont elle tomba éperdument amoureuse, et fidèle à l'adage , l'amour rend aveugle", retrouva la vue le jour de ses 60ans, cocue et criblée de dettes.
Alors une nouvelle vie recommence pour Diane, une sorte de renaissance, qu'elle nous raconte avec iroie. et parfois cynisme. Elle devient par hasard artiste peintre et spécialiste des petites catastrophes du quotidien

J'avoue avoir un avis assez mitigé sur cette lecture. J 'ai trouvé l'ensemble assez décousu (en particulier la deuxième partie) , et superficiel, peut être par excès d'ironie et d'artifice . Ou excès de pudeur . Les émotions ne passent pas. C'est dommage.
A noter également un français parfois approximatif (par exemple: le moral à la place de la morale et vice versa)

Extraits

« Que ma vie fut belle, nom d'une pipe ! Jolie maison, jolis revenus, joli mari adoré et cela depuis trente-huit ans... et BADABOUM... sans crier gare, en vingt-quatre heures chrono, pouf, tout est parti... évaporé... implosé.
Et le jour de mes soixante ans en plus, LE CADEAU SURPRISE... Ce mari que j'adore me regarde et me dit : 'Tu es vieille, rien que de te regarder, je me sens vieillir ! J'ai dépensé tout ton argent et le mien aussi, alors je m'en vais !' » (

 " Il y a toujours le loto pour arrondir mes fins de mois, mais c'est un peu aléatoire ! Non ? Ou être fille de joie, mais là j'ai dépassé la date limite de fraîcheur, sauf si éventuellement il y a des "fanas" de vieilles peaux ?"

 

diane Rauscher KennedyL'auteur

 

Épouse, mère et femme d'intérieur pendant plus de 40 ans elle voit sa vie basculer à 60 ans et en 24 heures chrono ! Elle devient alors artiste peintre, spécialiste des catastrophes les plus inimaginables... Particulièrement culottée et avec un sarcasme décapant, elle raconte dans ses mémoires son enfance de conte de fée et les incroyables tribulations auxquelles elle a su faire face avec humour et ironie.

Commenter cet article

christine chancel 31/12/2011 18:04

Avis partagé ! nous aurons l'occasion d'en parler (sourires)....

christine chancel 22/11/2011 08:28

j'ai lu, oui...

Ikebukuro 30/10/2011 09:01


Ton billet m'intrigue et on a tout de suite envie de découvrir la vie de cette femme. Je le note.