On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset

Publié le par Stef

on-ne-badine-pas-avec-l-amour.gifOn ne badine pas avec l'amour
d'Alfred de Musset
GF Flammarion (1999)

140 pages
Ecrit en 1834
Théatre, France


Résumé

On ne badine pas avec l'amour Camille et Perdican s'affrontent pour ne pas reconnaître qu'ils s'aiment. Pris au piège de leur orgueil, ils cèdent aux mirages du langage facile, celui du badinage. Mais l'amour, s'il n'est pas pris au sérieux, se venge... Les deux amoureux parviendront-ils à s'avouer leurs sentiments ? Sous le voile d'un proverbe léger, Musset compose une comédie dramatique où le badinage amoureux se révèle un jeu cruel et mortel.

Mon avis : pas lu

Alfred-de-Musset.jpegL'auteur

(1810-1857) Reçu dès 1828 dans le 'Cénacle', le prestigieux salon où Hugo réunissait les principales figures du romantisme, Alfred de Musset y rencontre ses plus fidèles amis, Alfred de Vigny et Charles Augustin Sainte-Beuve. Jeune dandy à la sensibilité quasi maladive, il ne tarde pas à publier ses premiers recueils de vers, ainsi que des pièces dont l'ambiguïté les destine à la lecture plutôt qu'à la représentation scénique. 'Lorenzaccio', surtout, marque le point culminant de sa créativité artistique. Le sujet lui a été soufflé par George Sand, avec laquelle il entretient une relation plus qu'orageuse. Leur rupture prend pour Alfred de Musset des teintes tragiques : après les sublimes vers des 'Nuits', son inspiration se tarit, et il est pris de violentes crises dépressives dues à l'alcool. Paradoxalement, son théâtre remanié connaît un franc succès sur scène, et il est élu en 1852 à l'Académie française. 'L' enfant terrible du romantisme', ayant si bien décrit le 'mal du siècle', a amorcé le 'spleen' baudelairien. Son exploration de l'âme et des rapports entre les deux sexes, menée avec une fausse désinvolture, confère à ses écrits un caractère intemporel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luna 26/04/2011 08:09


J'aime beaucoup Alfred de Musset, surtout "On ne badine pas avec l'amour" et "Lorenzaccio"...C'est comme écouter du Mozart : c'est "classique" mais avec la liberté en plus, et j'adore ça !

Je viens d'ailleurs tout juste de publier mon avis sur "On ne badine pas avec l'amour".



Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!