Pandémonium Cité de David Bergeron

Publié le par Stef

Pandemonium-cite.jpgPandémonium Cité

de David Bergeron

Coup de tête (2011)
127 page
Fantastique, noir, Canada (Québec)


Résumé


Philippe revient d'un long voyage en Europe où il est parti oublier une rupture douloureuse et aussi échapper à la mort de son père. Il constate que son quartier a bien changé : des gothiques armés arpentent les ruelles, d'étranges hommes occupent l'église catholique abandonnée et ce avec, semble-t-il, l'aval de la police. Avec son ami Vlad, un rescapé de la guerre des Balkans, Philippe se retrouve au coeur d'une conspiration sataniste. Des chèvres seront sacrifiées, des hommes tenteront de faire renaître d'anciens dieux disparus, et tant Philippe que Vlad risqueront leur vie pour empêcher les conspirateurs de mener à bien leur projet. Ils ne savent pas encore que c'est l'enfer qui les attend.David Bergeron signe ici un premier roman écrit de main de maître, dans lequel il nous tient, haletant, les fesses sur le bout de notre chaise.

Mon avis :

Nouveau petit tour dans le Bit Lit ou fantasy urbaine avec Pandémonium Cité de David Bergeron,(  auteur québécois dont c'est ici le premier livre,) que m'ont proposé les Editions Coups de tête (maison d'édition montré alaise) que je remercie.


Malheureusement, je ne peux pas dire que ce livre m'ait réellement emballée. Certes, le résumé est tentant, et le contenu fidèle , mais la lecture du livre n'apporte pas grand chose de plus. Au final , j'ai eu plus l'impression de lire une nouvelle musclée qu'un véritable roman,  et c'est dommage car le développement de l'aspect ésotérique ou mythologique  aurait pu être fort intéressant.

Par exemple , Pandémonium cité, le titre, fait référence à  Pandémonium qui désigne la capitale imaginaire des enfers où Satan invoque le conseil des démons (terme utilisé la première fois en 1663 par George Milton dans le Paradis Perdu).La sybille fait référence à la "Sybille de Cumes" (Virgile décrit la descente d'Énée aux Enfers accompagné de la sibylle de Cumes ; elle lui avait montré où cueillir le rameau d'or, dans les bois sur les bords du lac d'Averne, rameau qui devait lui permettre de pénétrer dans le royaume d'Hadès. (Wikipédia))

L'action est omniprésente, peut être trop, ce qui empêche une véritable intrique de s'installer et le tout reste superficiel.
Ceci dit ,il ne faut pas oublier que ce livre est un premier roman et David Bergeron fait montre ici d'une belle imagination et  d'un style moderne et enlevé,  laissant présager de belles suites.




david-bergeron.jpgL'auteur


David Bergeron est né à Montmagny en 1976. Poète, hockeyeur à la retraite et voyageur, il termine une maîtrise en études littéraires à l'UQAM. En 2001, il obtient une mention spéciale au Prix Félix-Leclerc de la poésie pour son premier livre, Fuir la maison. En 2010, après des années d'écriture et d'angoisse existentielle, ne sachant trop s'il doit opter pour la chute libre ou l'ascension spirituelle, il entreprend un voyage européen pour aller au bout de lui-même, mais n'atteint que le sud de l'Italie. Pandémonium Cité est son premier roman.

Commenter cet article