Police Judiciaire : 100 ans avec la Crim' de Versailles de Alain Tourre et Danielle Thiéry

Publié le par Stef

100-ans-avec-la-crim.gifPolice Judiciaire : 100 ans avec la Crim' de Versailles.

de Alain Tourre et Danielle Thiéry .

Eds Jacob -Duvernet (29 mars 2012)
438 pages

Document, France

 

Résumé

 

De la bande à Bonnot aux crimes de l'infirmière Christine Malèvre, en passant par ceux d'Action directe, des sillons tracés par le sang de victimes innocentes aux fins tragiques de personnages comme Stevan Markovic ou Robert Boulin, d'Eugène Weidmann, le dernier condamné à mort exécuté en place publique, à la première évasion en hélicoptère de l'histoire des prisons, les grandes affaires criminelles traitées par la PJ de Versailles, depuis un siècle, n'ont rien à envier à celles qui ont fait trembler les murs de son illustre voisin, le 36 Quai des Orfèvres !
C'est toute cette histoire mouvementée et passionnante que racontent les auteurs. Et ils savent de quoi ils parlent. Alain Tourre a passé 13 ans au SRPJ de Versailles, dont 3 ans comme directeur, et Danielle Thiéry, auteur de polars à succès, a été la première femme commissaire divisionnaire de la police française.
Ces deux grands flics évoquent également les dossiers non refermés, les affaires non résolues, comme l'assassinat de Sabine Dumont, les meurtres des femmes martyres de la RN20 et la disparition d'Estelle Mouzin, autant de clous plantés dans les mémoires et les coeurs des flics versaillais dont les témoignages, pour la première fois, illustrent ce livre.

 

 

Mon avis :

Voici un ouvrage passionnant que je viens de terminer,  et que je conseille à tous ceux qui aiment les polars ou s'intéressent à l'histoire de la police.
Ce livre nous entraîne dans les coulisses de la Police Judiciaire de Versailles, de sa création au début du XXème siècle jusqu'à aujourd'hui.

En 1898 , un juriste écrivit " Ce qu'est notre police : un corps sans cohésion, sans hiérarchie, sans chef véritable, qui n'est au fond, qu'un agrégat de petits groupes agissant en cercles restreints, sans solidarité, avec presque la haine du voisin".  En effet , à cette époque, la situation de la délinquance est alarmante . Ce qu'on appelle aujourd'hui "les faits criminels" explosent et la riposte policière est nulle.. Il faut dire que jusqu'à cette époque et historiquement, , la police est politique et a surtout en charge de "surveiller les allées et venues des populations, de connaître leur état d'esprit et de s'emparer des "sources de l'opinion", comme le disait Jospeh Fouché, ministre de Napoléon 1Er.
Les exactions se multiplient  :vols , escroqueries, pillages . Les bandes de voyous et autre criminels prolifèrent et profitent de l'incurie du pouvoir politique et les célèbres "chauffeurs du Nord font "monter les enchères en violant et tuant leurs victimes. Certes des idées émergent et des voix s'élèvent pour que soit créée une politique d'investigation judiciaire digne de ce nom. Mais les projets se meurent au fond de tiroirs.  La France est peu à peu sous le choc, les représentants  u peuple "se font l'écho de la voix alarmée de leurs électeurs" et le pouvoir vacille.

En 1907, George Clemenceau," le Tigre" entre au ministère de l'Intérieur et se désignera comme le "premier flic de France . Et il mettra en place les fondements de la PJ telle qu'on la connaît aujourd'hui :
Si une bande de cette taille (en référence aux Chauffeurs du Nord) , opérant dans une région délimitée, de façon identique et répétée, se vantant de ses exploits et faisant la "noce pour les célébrer, a pu prospérer pendant des années, c'est uniquement parce qu'elle avait en face d'elle une police sédentaire, dépourvue de moyens et de dynamisme, en un mot une police absente."
"La seule police qu'une démocratie puisse avouer, La police Judiciaire, la policed es crimes et des délits, protectrice de tous les citoyens, n'est plus au service de l'arbitraire, son oeuvre et la liberté... C'est celle-là qui est trop manifestement insuffisante..." . (George Clémenceau)
Le 30 décembre 1907, par décret interministériel ,12 brigades régionales police mobiles sont créées.Elles passeront à   la postérité ( et aidées par  la fameuse série TV ) sous le nom des Brigades du Tigre.

Ce livre s'intéresse à" la Première ", qui couvre à l'origine les départements de la Seine (hors Paris) , de la Seine et -Oise, de la Seine -et Marne et de l'Eure -et Loir. ( Paris intra-muros restant de la compétence exclusive de Préfecture de Police.La Première s'installe à Paris à ses débuts puis migrera à Versailles en 1970.

Tout au long des chapitres et de manière chronologique , nous découvrirons l'histoire et l'évolution de la PJ de Versailles au travers des affaires les plus emblématiques résolues (ou pas). J'avais déjà entendu parler d'un bon nombre des affaires traitées ici : Jules Bonnot et sa bande (immortalisés par le film de Jules Dassin et la chanson de son fils Joe, ) qui firent prendre conscience à la Police de la nécessité de s'équiper en véhicules motorisés,  (cette affaire révéla également la "guerre des polices" et les nombreux dysfonctionnements entre les différents composantes de la police français), le célébrissime Landru, Eugène Weidmann qui fut le dernier exécuté sur la place publique, l' assassinat en 1941 du Ministre de l'Intérieur Marx Dormoy fomenté par les Cagoulards( La Cagoule étant un groupe d'extrême droite crée en 1934 par d'anciens dirigeants de l'Action Française, et dissous quelques années plus tard par Marx Dormoy), Emile Buisson et sa bande, auteurs de 80 hold-up et une multitude de crimes (et immortalisé par Jean Louis Trintignant dans Flic  Story, tiré du livre éponyme de Roger Borniche, à l'époque tout jeune inspecteur), le gang des tractions avant, Pierre Loutrel, dit Pierrot le fou et Pierre Carrot qui fut longtemps assimilé au premier, l'enlèvement d'Eric Peugeot en 1960, qui fut le premier enlèvement d'enfant en France contre demande de remise de rançon, le meurtre du petit Luc Taron par Lucien Léger,l 'affaire Ben Barka puis l'affaire Markovic qui devinrent des scandales d'état,  Mesrine, les évasions en hélicoptère, l'affaire Boulin en 1979( dont on parle encore aujourd'hui), le terrorisme dans les années 1980 avec en particulier Action Directe , d'autres figures plus récentes comme Fourniret et les disparues de la RN20, ces femmes retrouvées mortes dans l'Essone ,département qui semble décidément attirer les meurtriers en série (cf les infos récentes). Et les crimes non résolus  (, Sabine Dumont, Estelle Mouzin)

Un des points particulièrement abordé par les auteurs est l'évolution du traitement des affaires avec le temps. Certes , les techniques évoluent en fonction des avancées scientifiques (les techniques de recherched 'ADN, le traitement informatisé de plus en plus poussé des données permet aujour"d'hui de "matcher" et  résoudre des affaires qui n'auraient jamais pu être résolues auparavant. Des Cold Cases peuvent ainsi être rouvertes. Mais les policiers ont également du s'adapter aux innovations des criminels, jamais à court d'imagination (la motorisation des forces de police suite à la Bande à Bonnot, les systèmes de sécurité des prisons suites aux évasions par hélicoptères, , l'intervention de négociateur suite à la mode des enlèvements avec demande de rançon)

Le tout est très bien écrit, et construit de façon très cohérente et j'ai pris beaucoup de plaisir avec ce livre (qui se lit comme un très bon polar .
Passionnant.
 
 

Extrait (fourni par léditeur)

 

Le lundi 4 décembre 1967, l’enfant Emmanuel Malliart, 7 ans, sort, à 12 heures, de l’école du Petit-Saint-Jean-de-
Béthune de Versailles pour rentrer déjeuner chez lui, à quelques centaines de mètres de là. Sa mère ne le voyant pas arriver, entreprend quelques recherches en urgence dans le quartier avant de faire appel à son mari, administrateur civil au ministère des Armées. Monsieur Malliart revient précipitamment à Versailles. En arrivant chez lui, vers 13 heures 30, il trouve, dans sa boîte aux lettres, un pli sur lequel est inscrite la mention « Pour vous ». À l’intérieur, un papier qui supporte un texte rédigé à partir de lettres découpées dans des journaux ou magazines. Le message est explicite : l’enfant a été enlevé et sera rendu contre une remise de 20 000 francs en billets de 100.

 

 

Les auteurs

 

Alain Tourre est inspecteur général de la police nationale. Il est l'ancien patron de l'Evêché, la police judiciaire de Marseille.
Danielle Thiéry est l’auteur d’une dizaine de romans policiers à succès, dont Le festin des anges et La petite-fille de Marie Gare, qui a fait l’objet d’une série TV : Quai n°1 sur France 2.

Commenter cet article

Lystig 16/04/2012 09:16

le type de livre que j'aime bcp !

Meloe 08/04/2012 20:51

Ca doit être vraiment intéressant ! En plus, ayant vécu à Versailles pendant près de 15 ans, je suis sûre que certains éléments évoqués me parleraient tout particulièrement. Je note !