L'école est finie d'Yves Grevet

Publié le par Stef

lecole-est-finie--copie-1.jpgL'école est finie  .

d'Yves Grevet  .
Syros (05 janvier 2012)
Collection mini Syros

45 pages

Politique fiction, à partir de 9 ans


Résumé

2028. L'école a cessé d'être gratuite et accessible à tous. Beaucoup de parents n'ont plus les moyens de financer la scolarité de leur enfant. L'éducation des plus pauvres est alors prise en charge par les enseignes commerciales...

un roman politique-fiction pour les enfants dès 9 ans, les adolescents et les adultes.

Mon avis

- Alors, tu sais pourquoi notre vie est si dure maintenant? ET pourquoi mon père regrette tant le passé?
- Au début du XXI siècle, m'a t'elle expliqué, les gens n'ont pas su refuser ce qu'on leur imposait.
- Mais qu'est ce qu'ils auraient pu faire?
-  S'opposer, s'opposer par tous les moyens.
- Et maintenant, il n'est plus possible d'agir?
- La plupart des adultes disent que c'est trop tard, qu'on ne peut plus revenir en arrière. Mais mes amis et moi, le soir dans le dortoir, on rêve de tout changer et on s'est juré d'y parvenir un jour.
J'ai vu dans ses yeux sa détermination. C'était comme si, d'un seul coup, elle me passait son énergie et que je devenais plus fort.
- Ce jour là, Lila , lui ai-je dit bien en face, je serai avec toi et nous serons nombreux.


Ce court roman de 45 pages devrait être lu par tous, y compris et surtout par nos politiques.
2028, La Grande Crise économique du début du début du XXI siècle est passée par là. Les inégalités sociales se sont creusées. L'école gratuite n'existe plus; l'enseignement a été privatisé. Ceux qui ont de l'argent  peuvent envoyer leurs enfants dans des "vraies" écoles payantes. Pour tous les autres, les enfants des pauvres , l'éducation est prise en charge par les grandes enseignes commerciales.
Dès le CP,les parents signent un contrat d'au moins 15 ans avec une grande firme, qu'ils ne peuvent plus rompre sous peine de devenir hors-la loi.  Les enfants y travaillent en alternance parce que leurs parents ne peuvent pas payer les frais de scolarité des écoles ordinaires.: ce sont les enfants des "entreprises" qu'on reconnaît facilement car durant toute la semaine, ils sont obligés de revêtir leur uniforme de travail. Pour Albert, qui est chez Jardins et Maisons,  c'est le vert, pour Lila qui est chez Speed fooding , c'est le rouge.
Albert n'est pas avare d'efforts car il sait que ceux-ci peuvent être récompensés par des bons d'achat en fin de semaine, bons que son papa échange sous le manteau avec des collègues de travail contre des tickets de réduction distribués par d'autres entreprises. En contrepartie des activités de pré-apprentissage, les enfants doivent faire des "heures de compensation "pour rembourser à l'entreprise les charges de formation.  Albert, dès cinq heures du matin, réassortit les rayons. Lila reste tard pour servir les clients ou nettoyer les tables ou le sol.

Mais un jour, Lila annonce à Albert qu'elle va partir dans une" école du maquis" car ses parents ne supportent plus de la voir exploitée. Ces écoles du maquis sont clandestines  et tenues par des instituteurs retraités , (des vrais instituteurs qui dispensent un vrai enseignement comme vous qui lisez ces lignes, avez eu la chance de recevoir). Les policiers la recherchent, en vain. Dans cette école de la résistance, elle va apprendre à lire, à faire des recherches, à échanger. Et apprend l'histoire qui lui permet de mieux comprendre le monde

 

Un gros coup de coeur. Un livre d'anticipation certes mais extrêmement lucide sur notre monde actuel et ses dérives, insidieuses. Un livre qui fait réfléchir,  à l'école et à la société que nous voulons, ou pas, pour demain  C'est peut être ce monde  décrit ici que nous allons laisser à nos enfants et nos petits enfants si nous n'y prenons par garde ,
Alors oui, il faut réagir, résister ,s'opposer. Et changer le cours des choses . Maintenant.

 

Un autre extrait

Au moment de nous mettre au lit, ma petite sœur me raconte en faisant la moue qu’aujourd’hui elle a encore perdu à la « tombola des soins dentaires » et que ma mère lui a annoncé qu’elle devrait donc aller chez Solange la « bricoleuse » pour faire soigner ses caries. Elle a peur de souffrir car la guérisseuse n’utilise pas d’anesthésiant. Je me rappelle qu’à l’âge de neuf ans j’étais moi aussi allé chez le dentiste des pauvres, le seul dont les soins sont remboursés. Ma mère et moi étions arrivés très en avance pour être sûrs d’avoir un numéro. Ensuite, le dentiste avait fait tourner sa roue pour désigner les dix malades qui auraient le droit d’être soignés. Ce jour-là, j’avais eu la chance d’être choisi par le sort.

 

 

 

L'auteur

Yves Grevet est né en 1961 à Paris. Il est marié et père de trois enfants. Il habite dans la banlieue est de Paris , où il enseigne en classe de CM2. Il est l'auteur de romans ancrés dans la réalité sociale. Les thèmes qui traversent ses ouvrages sont les liens familiaux, la solidarité , l'apprentissage de la liberté et l'autonomie. Tout en restant fidèle à ses sujets de prédilection, il s'essaie à tous les genres : après Méto, une trilogie de science fiction et Seuls dans la ville entre 9h et 10h30, un roman d'enquête, il signe avec L'école est finie, un court roman d'anticipation et de politique -fiction

Commenter cet article

Liyah 20/02/2012 22:36

J'ai lu ce livre la semaine dernière et j'ai aussi adoré ! Très bien construit pour les plus jeunes ! J'aurai aimé qu'il soit plus long mais bon ça aurait eu moins d'impact pour les jeunes, je
pense !

Schlabaya 19/02/2012 20:17

OOOOH il me tente celui-là ! Merci pour ton billet, Stef, c'est le genre de roman vraiment nécessaire par les temps qui courent !