Des chiffres et des litres de Rachid Santaki

Publié le par Stef

des_chiffres_et_des_litres_.jpg

Des chiffres et des litres .
de Rachid Santaki .

Eds Moisson Rouge (1er mars 2012)
256 pages
Roman, France

Résumé

Alors que s'achève la construction du Stade de France et que s'annonce la prochaine coupe du monde de football, Saint-Denis s'apprête à vivre une furieuse bataille pour le contrôle du trafic de drogues, opposant caïds à l'ancienne et jeunes rageux.
Hachim est un ado brillant, bon élève, curieux. Passionné de culture Hip Hop, il se destine à une carrière de journaliste spécialisé. Pourtant, les logiques de quartier, sa situation familiale et son admiration pour Houssine, caïd de Saint-Denis et figure paternelle, lui feront embrasser une autre voie. Mais dans les pas de son mentor, il se rendra compte, trop tard, qu'il n'est pas taillé pour ça.

Note de l'éditeur

Parcours initiatique, récit poignant d'une destinée déraillée, Des chiffres et des litres nous plonge dans le Saint-Denis en ébullition de 1998. Tandis que Zidane et les Bleus font rêver les Français, l'argent fait tourner la tête des jeunes ambitieux. Entre caïds, soldats, flics ripoux, trahisons, règlements de compte, prison, combats de chiens, il faut être le plus malin pour rester en vie.

 
Mon avis

Mon avis sera court, car ce livre ne mérite pas de raccourci. A mon sens, c'est tout simplement un des meilleurs livres écrits sur le thème de la banlieue. Sans concessions, ni excuses, l'auteur nous plonge dans le quotidien d'une banlieue de la région parisienne , à Saint Denis plus précisément, juste avant la Coupe du monde de 1998. Et pour ceux et celles qui comme moi, ont toujours vécu dans des quartiers privilégiés, et croyons connaître les  banlieues juste par ce que nous en avons une dans la grande ville pas trop loin de chez nous, ou parce que nous en avons entendu parler au JT , ce livre est juste une gifle qui nous fait ouvrir les yeux, une grosse prise de conscience. Alors oui, les images que nous renvoient les médias depuis des années sont bien réelles. La violence est omniprésente, la drogue circule, les caïds font la loi. Les politiques nous parlent de politique de sécurité . Mais dans les faits , c'est le status-quo. Un status-quo qui  arrange certains , qui en tirent profit

Voilà ce que m'inspire ce livre: On ne naît pas délinquant , on le devient. Et parfois pour .de bonnes raisons, ou des raisons qu'on croie bonnes. Il n'y a pas de fatalité, sauf celle en laquelle on veut nous faire croire
Alors oui, j'ai pris une grosse claque avec ce bouquin

Un énorme coup de coeur

Lisez le

Un autre avis ICI

Et le morceau  que ce livre a inspiré au rappeur Mac Tyer que vous pouvez retrouver sur son blog

 

 

 

 


rachid-santaki.jpg

L'auteur


Ancien éducateur sportif de boxe thaïlandaise, fondateur du magazine 5Styles, et lauréat du prix Espoir de l'économie de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris en 2006, Rachid Santaki est très impliqué dans l'associatif et a ainsi cofondé le Syndikat et Saint-Denis Positif. Il a publié Les Anges s'habillent en caillera, son premier roman, en 2011.

Rachid Santaki en parle


« J'utilise les codes du hip hop pour descendre les belles lettres françaises de ses étagères et les rendre à la rue, pour faire tourner la littérature sur la tête et lui faire parler le céfran. J'ai abordé l'écriture de ce nouveau roman avec l'envie de partager, réunir, susciter le débat sur l'art des mots entre les générations et les milieux sociaux, en assumant ma street-culture.
Je ne suis pas un écrivain de banlieue mais un auteur sans case, pas de cage mais la rage d'imposer un mouvement comme l'ont fait les danseurs des Aktuel Force, les graffeurs des 93 MC, précurseurs de cette culture émergée du bitume.
Des chiffres et des litres met en avant le problème de l'entourage. Hachim, un ado brillant, passionné de culture hip hop, va sombrer. A dix-sept ans, il va tout lâcher pour plaire à son mentor. Traiter de l'intérieur ces gamins qui dealent permettra peut-être de comprendre un peu plus ceux qu'on ne nous montre pas dans les reportages. Des chiffres et des litres est un polar pur et dur. Cette plongée, entre intrigue et documentaire, révèle surtout que le meilleur d'entre nous peut devenir le pire quand le cercle est néfaste, des halls des tours aux couloirs du commissariat. Une fiction aussi réaliste que ces faits divers qui se déroulent quotidiennement à Saint-Ouen, Marseille ou Grenoble. Cette fiction mélange plusieurs destins et faits réels. Certains reconnaîtront des voisins, des amis, des légendes urbaines ce qui amènera à des débats sur ces parcours et du dialogue.»

 

Une campagne de promotion originale

Affichage, flyers, clean pochoirs et boards à proximité des lycées, collèges, salles de concert et de cinéma. Rachid Santaki et son coéquipier sillonnent les rues de Paris et des banlieues à la rencontre d'un public jeune qu'il veut conquérir grâce aux codes du hip-hop et du street-marketing utilisés pour les disques.


Une tournée en France


Le but de cette tournée nationale sur quarante villes est d'aller à la rencontre des jeunes sur le terrain – dans les lycées, les médiathèques, les antennes jeunesse et dans la rue, afin de leur expliquer le travail d'auteur ; il s'agit de leur redonner l'envie de lire et d'écrire, de désacraliser l'objet livre.
Rachid Santaki souhaite ainsi transmettre son expérience, encourager et valoriser ces jeunes de quartiers populaires en ouvrant le dialogue autour de plusieurs thèmes d'échanges : culture, emploi, citoyenneté.

PREMIERES DATES DE LA TOURNEE


Lundi 12 mars
Orléans

Mardi 13 mars
Bourges

Mercredi 14 mars
Clermont Ferrand

Jeudi 15 mars
Tours

Vendredi 16 et samedi 17 mars
Hérouville Saint Clair – Intervention scolaire et événement festival des écritures

Dimanche 18 Mars
Paris :Opération street-marketing au Salon du Livre

Lundi 19 mars
Dijon

Mardi 20 mars
Vaux-En-Velin

Mercredi 21 mars
Grenoble

Jeudi 22 et vendredi 23 mars
Marseille et Port de Bouc

Samedi 24 mars
Montpellier

Lundi 26 mars
Perpignan

Mardi 27 et 28 mars
Saint Etienne

Mardi 29 mars
Vénissieux

Mercredi 30, jeudi 31 mars et vendredi 1er avril
Lyon – Quais du Polar

 

 

Commenter cet article