Le credo de la violence de Boston Teran

Publié le par Stef

credo-violence.jpgLe credo de la violence
de Boston Teran
Editions du Masque (aout 2010)
283 pages
19,30
Roman, action, E.U

 

 

 

Résumé (éditeur)

Fils d’une pute et d’un client de passage, Rawbone est un criminel au casier bien rempli. Au début du livre, en 1910, alors que l’écho de la révolution mexicaine enflamme la frontière du Texas, il s’empare d’un camion chargé d’armes qu’il décide de vendre au plus offrant. Mais arrêté par les Américains, il accepte, en échange de son immunité, de l’acheminer jusqu’aux puits de pétrole mexicains, sous la garde de l’agent Lourdes du BOI, ancêtre du FBI. Or Lourdes est le fils qu’il a abandonné à sa naissance. Lourdes le sait, mais pas Rawbone. L’expédition sera chaude, ambiance western, avec poursuites et attaques de bandes armées, et en toile de fond le complot américain.
Teran revisite un de ses thèmes favoris, la relation père-fils, et son thème fétiche, l’intervention américaine en pays étranger pour des raisons économiques : « les Etats-Unis sont le monde. Et les sociétés américaines, avec les anglaises, contrôlent presque toute la richesse générée par le pétrole et les mines du Mexique. »

L'auteur

Boston Teran, dont on sait juste qu’il a grandi dans le Bronx, n’a à ce jour ni révélé sa véritable identité, ni communiqué sa photo. Après le coup d’éclat de Satan dans le désert (God is a Bullet), récompensé par le John Creasey Award et encensé par la critique, il a écrit cinq romans dont Trois femmes, qui n’est toujours pas publié aux États-Unis, et Gig, commentaire d’un chien sur l’Amérique. Teran vit dorénavant au Mexique.


Mon avis

 

Replaçons tout d'abord cette histoire dans son contexte historique. Au Mexique, Porfirio Diaz, président de la République depuis 1876, a voulu moderniser son pays et l'ouvrir aux investisseurs étrangers (pétroliers). Mais le fossé entre les riches et les pauvres s'est creusé et la contestation est montée. Lorsque Diaz fit emprisonner Madero , son principal adversaire aux élections de 1910 et que les résultats de ces dernières, vraisemblablement truqués, donnèrent Diaz vainqueur à une écrasante majorité, ce fut le déclencheur d'une guerre civile, appelé Révolution Mexicaine, qui débuta le 20 novembre 1910,  (et qui suite au renoncement et  à l'exil de Diaz en France se transforma en une guérilla entre révolutionnaires, mais ceci est une autre histoire)

 

Ce livre commence en 1910, au Texas. Rawbane, criminel sans foi ni loi, après avoir détourné un camion d'armes, (et tué ses conducteurs) décide de vendre son contenu. Mais il se fait coincer par Lourdes, jeune agent du BOI (ancêtre du FBI).Contre son immunité, Rawbane va devoir, escorté de Lourdes, acheminer le camion et les armes au Mexique jusqu'aux puits de pétrole et les livrer aux insurgés. Mais une idée plus personnelle trotte dans la tête de Lourdes car il a reconnu  Rawbane : il est le père qui l'a abandonné alors qu'il était enfant, et il compte bien lui faire payer cet abandon. (Rawbane, lui , ne sait pas que Lourdes est son fils).

Ce livre est écrit à la manière d'un road movie, l'épopée de deux hommes à travers le Mexique, semée d'embûches et de dangers et où la violence est omniprésente.Deux hommes très différents de prime abord, mais qui vont peu à peu apprendre à se connaître et que les liens du sang vont finalement et malgré tout rapprocher

 

J'ai été dérangée au cours de la lecture par le peu d'éléments contextuels donnés par Boston Teran. Et malheureusement , je n'ai eu la présence d'esprit de me renseigner sur l'histoire de la Révolution Mexicaine de 1910 qu'une fois le livre terminé. C'est dommage car  ma lecture en aurait été facilitée. Donc je recommande très fortement aux futurs lecteurs qui comme moi n'y connaîtraient rien en histoire mexicaine de se renseigner un minimum au préalable.
Par contre, j'ai été absorbée par l'atmosphère se dégageant de ce livre. Dans un style qui pourtant n'est pas contemplatif, ni même descriptif mais plutôt centré sur l'action, je me suis retrouvée en immersion dans l'atmosphère étouffante et rude de ce Mexique du début du siècle dernier. Comme si les mots allaient au delà de l'écrit. J'ai trouvé un réel talent d'écriture à cet auteur , même si ce style rude , ce manque de fluidité, pouvaient à priori me déstabiliser et que l'intrigueue par elle même, dopée à la testostérone, ne m'a pas complètement emballée

 

Enfin , et pour revenir sur cet auteur devenu culte depuis Satan dans le désert et  que personne ne connaît et de qui certaines sources disent qu'il pourrait être un scénariste renommé, je n'en serai point étonnée tant j'ai eu l'impression de me retrouver dans un film (une sorte de western tarantinesque)

 

 

Donc un avis positif, surtout pour le style et je rajoute Satan dans le désert dans ma liste de livres à lire

 

Note : 16/20

 

 

Je remercie les Editons du Masque et tout particulièrement Anne Blondat pour sa confiance.

Et ce livre entre dans mon challenge du 1% de la rentrée littéraire 2010

1pourcent

Commenter cet article